Tous les députés PS de la Seine-St-Denis demandent un RDV avec la ministre sur la situation des écoles en Seine-Saint-Denis

Mme la Ministre de l’éducation, vous n’avez pas daigné nous recevoir, nous parents d’élèves de Seine-Saint-Denis, mais accepterez-vous au moins de recevoir les députés de votre majorité qui viennent de vous adresser un courrier?

Ce serait l’occasion de leur dire ce que vous inspire la situation actuelle dans nos écoles et ce que vous comptez faire afin que l’année prochaine on n’ait pas de nouveau plus de 20 000 journées d’absences non-remplacées dans notre département!

 

 

Courrier députés PS à Mme la ministreCourrier députés PS signature

#égalité93 – le 16 juin, c’est tous ensemble et chacun devant sa mairie

Le 16 juin les parents d’élèves, les enfants et les enseignants se mobilisent sur tout le 93.
Ils sont invités à se rassembler devant chaque mairie du 93 à partir de 18h pour faire le bilan de cette année catastrophique et faire signer la pétition des élus du 93.

Ce sera aussi l’occasion de préparer la rentrée prochaine afin d’anticiper les actions avec notamment la création des lanceurs d’alerte de l’éducation. Merci de recenser les volontaires sur chaque ville et de nous faire remonter prenom nom école mail et téléphone

Vous trouverez l’affiche de la manifestation ainsi que l’infographie diffusée récemment sur les VRAIS chiffres des non-remplacements dans le département.

A afficher devant vos écoles!!!

Vos suggestions d’actions/happening sont les bienvenues.

Télécharger l’affiche pdf AFFICHE_#egalite93_16JUIN_V2

Les vrais chiffres sur l'école du 93

Les vrais chiffres sur l’école du 93

Le 16 juin, c'est tous ensemble et chacun devant sa mairie

Le 16 juin, c’est tous ensemble et chacun devant sa mairie

Vos photos sont à poster sur le facebook ecoles93

#égalité93 – Le 18 mai, pour l’égalité, les parents du 93 font ce qui leur plaît !

Dans la continuité de nos revendications, nous vous proposons deux actions, « la pétition des élus du 93 » et l’opération #égalité93 :

1/ Nous vous proposons de faire signer par vos élus exclusivement (maire, département, député, sénateur…) cette pétition en ligne pour soutenir les revendications des parents

Soutien des élus du département aux parents d’élèves


Pour cela, vous trouverez en pièce jointe, un modèle de courrier à envoyer à vos élus. Ne les lâchez pas tant qu’ils n’ont pas signé!

Il s’agit de recueillir le soutien de tous les élus du 93 afin de montrer que la détermination est totale pour que la situation change enfin sur notre département (parents, professeurs et élus).

2/ Ce mercredi 18 mai, les écoles du 93 se mobilisent à nouveau pour qu’en Seine-Saint-Denis comme ailleurs, les enfants aient le droit d’avoir un instituteur formé devant eux chaque jour. C’est donc autour du thème de l’égalité que nous allons nous mobiliser !

Lire la suite

Compte-rendu de la rencontre au ministère du 13 avril 2016

Compte-rendu de la rencontre au ministère du 13 avril 2016
Durée 1h30 env.

Etaient présents pour les PE:
Nina Boumellah : Collectif Floréal Saussaie Courtille (Saint-Denis)
Sibylle Gollac : Bonnets d’âne de Saint-Denis
Malika Bousebha : Bonnets d’âne de Montreuil
Cindy Gohin : Bonnets d’âne de Montreuil
Xavier Remongin : Collectif des parents du 93 / BA Saint-Ouen
Guillaume Brault: Collectif des parents de Saint-Ouen / BA St-Ouen
Wilfried Serisier : FCPE Aubervilliers
Eric Hervieux : FCPE Saint-Ouen / 93
Peggy Legrand : FCPE Saint-Ouen / 93
Rodrigo Arenas : FCPE 93

Pour le ministère:
Bernard LEJEUNE, Directeur du Cabinet
Eric Fardet, Conseiller en charge du 1er degré et des relations avec les inspecteurs d’académie.
Carole Bur, Conseillère presse a cabinet de la Ministre

Lire la suite

Appel à témoignages sur les établissements scolaires du 93

Votre ou vos enfants ont été confrontés à une ou des situation(s) suivante(s):

  • des absences non remplacées, souvent ou pour de longues durées;
  • des personnes différentes qui se succèdent pour prendre en charge la classe;
  • une classe avec un enseignant dont le temps partiel n’est pas complété par un autre enseignant fixe;
  • des personnes qui ont pris en charge la classe et qui n’avaient manifestement pas été formées, n’arrivaient pas à gérer la classe ou à suivre le programme;
  • un manque de moyens pour prendre en charge leurs difficultés spécifiques ou leur handicap (AVS, maître E, maître G, psychologue, etc.);
  • une surcharge de leur classe liée à l’accueil des enfants dont les enseignants sont absents et non remplacés;
  • une répétition de ce type de problèmes plusieurs années de suite.

Vous vivez ces difficultés pour la première fois ? La scolarité de vos enfants en souffre depuis plusieurs années ? Témoignez auprès de la coordination des parents d’élèves!

Lire la suite

Participez à notre mobilisation du 13 avril 2016 et montrons ensemble que cela ne va pas dans nos établissements scolaires!

On ne compte plus les absences non-remplacées dans les écoles, collèges et lycées du département alors que nous sommes classés dans des réseaux d’éducation prioritaire.
Plusieurs milliers de journées perdus. Alors dites « STOP, ça suffit! »

Nous vous proposons de vous associer à notre mouvement du 13 avril 2016 en occupant l’établissement scolaire de vos enfants et en nous faisant remonter les informations sur le dysfonctionnement.

Vous pouvez avoir l’action que vous souhaitez. Par exemple, l’occupation symbolique et pacifique de l’école avec envoi de fax à l’inspection et au ministère, afficher vos revendications devant l’école… A chacun son style!
IMPORTANT –> Remplissez le formulaire en ligne pour intégrer notre carte des écoles mobilisées

Télécharger aussi le kit_mobilisation_13_avril avec des fichiers à modifier selon vos actions, vos besoins et vos humeurs:

Mobilisation départementale du 13 avril 2016: compte-rendu de la réunion du 31 mars de la coordination des écoles du 93

Une vingtaine de personnes sur place. Plusieurs écoles d’autres villes de la Seine-Saint-Denis représentées et des enseignants.

Point pétition:

Pas de chiffrage précis pour le moment. Entre 70 et 150 signatures par école. Il faut continuer (écoles, marchés, métro, Vivicita etc.) et centraliser les pétitions à communiquer lors des réunions de coordination.

Remontée des chiffres des absences:

Présentation du tableau Excel en ligne qui recense à ce jour 640 jours non remplacés sur Saint-Ouen – Ile-Saint-Denis depuis septembre 2015. Chiffre a minima. Pire que l’année 2009/2010, quand 574 jours non remplacés avaient été comptabilisés sur l’année entière. Cette année va donc être bien pire, malgré les plans d’urgence promis depuis des années.

L’idée est d’extrapoler ces chiffres sur le département, auquel cas on trouve plus de 22.000 jours d’absences non-remplacées. En nombre d’élèves touchés, cela donne plus de 400.000 enfants touchées. Il faut sortir des chiffres qui sont alarmants, touchants, et qui “parlent” à la presse qui pourrait titrer dessus.

Les 9 mesures :

Lors du rdv avec Bruno Le Roux le 9 mars, le député a dit qu’il fallait reprendre le plan en 9 mesures proposé par la ministre en novembre 2014. Le but est de démontrer qu’il est parfaitement insuffisant car les objectifs n’ont pas été atteints, avec des chiffres précis et sourcés à la clé pour les spécificités du département (démographie, nombre de REP/REP+ par rapport à des moyennes nationales…) et plein de témoignages sur le terrain. C’est le terrain qui nous permettra d’avoir une répartie solide face à la ministre et ses conseillers.

Il faut des moyens (financiers et humains) concrets, pas des phrases.

Un parent explique qu’il y a, depuis l’année dernière, un concours supplémentaire qui recrute « mieux » avec un taux de réussite d’environ 10 %, alors que le concours « normal » (taux de réussite de 70%) accepte des candidats avec des notes de 4 ou 5 sur 20. Ce concours est ouvert à toute la France mais uniquement pour l’académie de Créteil. D’où la revendication de recruter plus sur cette liste supplémentaire qui accueille des candidats de meilleure qualité.

Action coordonnée :

Une dizaine de villes ont manifesté de l’intérêt pour la mobilisation du 13 avril (Drancy, Neuilly sur Marne, Pantin, Montreuil, Bobigny, Saint Denis, La Courneuve, Montreuil, Aubervilliers etc.)

13 avril : présentation du site de parents du collectif du 93, créé il y a quelques années. Il est réactivé et consultable ici http://collectifparentseleves93.com

Présentation d’une carte interactive en cours de réalisation : exemple avec le site du collectif de Saint-Ouen. Cette carte interactive sera élargie au département pour le 13 avril. Elle permet de survoler les écoles, et quand on s’arrête sur l’une d’elle, on accède à une « fiche » avec le nom de l’école, l’adresse, le nombre de non remplacements, et on peut ajouter un texte avec par exemple un ou deux témoignages forts, une photo, même un vidéo, un lien vers un site ou une Page Facebook de l’école ou de l’Association des parents d’élèves etc.

Pour alimenter cette carte, il faut remplir ce fichier : http://collectifparentseleves93.com et le mettre à jour régulièrement.

Communiquer à tout le 93 sur la journée du 13 avril : un mail a été envoyé à tous les directeurs des écoles du 93 mardi 29 mars, leur demandant de nous fournir leurs données d’absences non remplacées, et d’informer les parents d’élèves de leur école de cette journée de mobilisation. Des relances et informations repasseront pas ce biais.

Il a été décidé de prendre contact dans les prochains jours directement avec la FCPE 93 et leur demander de communiquer sur la mobilisation du 13 avril, notamment sur leur site Internet etc.

Le courrier du Maire William Delannoy aux autres maires semble « coincé ». Il a été proposé d’envoyer nous-mêmes un mail à tous les maires. Le collectif de parents a souligné le gros travail fourni depuis plus d’un mois, au quotidien, et explique qu’il ne peut pas tout faire à la place des responsables en place, et propose de demander aux parents de chaque ville de s’organiser pour demander le soutien de leur maire, de leur député et sénateur. Si quelqu’un se propose pour se charger de ce suivi, qu’il le fasse savoir.

Organisation de la mobilisation du 13 avril

Il a été bien établi que chaque école choisit l’action qui lui convient (par exemple école bloquée symboliquement, banderoles, remontée des chiffres…), du moment qu’il y a action, avec des parents mobilisés, des affiches et des banderoles, des enfants avec pancartes ou T-shirts, et SURTOUT, l’envoi des fax et/ou mails à l’inspecteur de circonscription, l’inspecteur académique, le rectorat et le ministère.

Il a été établi que chaque ville se coordonne elle-même pour les suites de l’action après l’évènement du matin. (A Montreuil, ils feront un pique-nique à la mairie le midi, à Aubervilliers, ils feront peut-être Ecole déserte…)

Comment cela va se passer à Saint-Ouen

A Saint-Ouen, il a été proposé ce soir de refaire le même type d’action que le 9 mars (blocage symbolique d’une demi-heure). Cela ne demande pas de logistique supplémentaire importante, et cela s’était très bien passé.

Les parents qui le pourront seront ensuite invités à se réunir et s’organiser en groupes de travail sur les 9 points du plan d’urgence du gouvernement.

Puis Pique-nique à midi devant la mairie avec les enfants et les enseignants. Deux enseignantes présentes ce soir ont en effet assuré que lors de leur AG du 23 mars, le soutien a été donné à nos mouvements et ont proposé, en cas de pique-nique à la mairie, de convier les enseignants aussi. Ils envisagent une action spécifique (comme ramener tous les vieux bouquins, en disant qu’ils n’ont pas besoin de bouquins mais de moyens).

Nous sommes à la recherche d’une idée forte pour marquer notre mobilisation. Une photo de groupe avec des tee-shirts et le nombre de jours non-remplacés par exemple.

Pour ceux qui le peuvent et le veulent, une délégation de parents de plusieurs villes sont invités à se déplacer au ministère de l’Education nationale. Une demande de rdv sera adressée en amont par le collectif.

Et quitte à sacrifier une journée, nous essayons de participer au « Comité interministériel de l’égalité et de la citoyenneté » qui se tient… le 13 avril !

IMPORTANT: Nous demandons aux parents de voter pour ce post spécifiquement pour que nous puissions obtenir une invitation à particper à ce colloque http://egalite-citoyennete-participez.gouv.fr

Ce qu’il faut mettre en place très rapidement pour l’action du 13 avril

Monter un kit d’occupation avec des idées et des propositions (tracts, affiches, mode d’emploi d’une occupation, fax type pour inspecteurs, rectorat et ministère, communiqués de presse etc.). Il a été précisé de bien noter dans le fax commun de réclamer ce rendez-vous avec la ministre.

Monter un kit d’actions (demande de soutien à son maire, à son député, participation au Forum du colloque interministériel, relais réseaux sociaux, etc.). Rappel du site internet à consulter pour toutes les infos, cibler la page Facebook qui réunira toutes les photos du 13 avril etc.

Activer tous les réseaux possibles côté médias. Presse écrite, télé, radios, sites web. Des premières prises de contact ont été faites avec Le Parisien, MetroNews, Marianne, BFM, Mediapart, Le Figaro. Une tribune nous a été proposée chez Marianne, nous allons demander une publication le 13 avril.

Trouver aussi des mots forts “déchéance de scolarité” “chômage technique à 3 ans” “désert scolaire” etc.

les kits et autres informations seront mises en ligne dès que possible sur le site du collectif des parents du 93 et sur le site de la coordination de Saint-Ouen Ile-Saint-Denis

Les prochaines dates à retenir

– Jeudi 7 avril : mobilisation nationale (Twitter) « #Yapasdeprof » par la FCPE Nationale

– Idem le 21 avril

– 18 mai : pique-nique devant le Ministère de l’Education nationale (initiative des bonnets d’ânes)

Autre proposition évoquée : saisir le défenseur des droits au niveau départemental ? Proposition à suivre avec une coordination départementale. C’est en cours d’étude à Aubervilliers

A suivre…

Allocution du collectif des parents d’élèves de la Seine-Saint-Denis lors du congrès départemental de la FCPE 93 le samedi 29 novembre 2014

L’UNION DÉPARTEMENTALE DES CONSEIL LOCAUX DE LA FCPE DE LA SEINE-SAINT-DENIS, VOUDRAIT-ELLE QUE LES PARENTS PRENNENT DES VESSIES POUR DES LANTERNES ?
Nous sommes ici présents plusieurs adhérents à la Fcpe de Saint-Denis, engagés depuis plusieurs années dans des combats pour la défense du Service public de l’éducation.
Nous constatons que depuis plusieurs années déjà, un nombre non négligeable de parents d’élèves, dont certains adhérents à la Fcpe, ont ressenti la nécessité de s’organiser dans des structures parallèles afin d’y mener des actions dont la Fcpe départementale et nationale ne prenait pas l’initiative.

Il y a maintenant plus de trois ans, les parents d’élèves de plus de 10 villes du département ont décidés de constituer le « Collectif des parents du 93″ afin d’unifier les luttes menées écoles par écoles et villes par villes.
Plus récemment, à Saint-Denis, les Bonnets d’âne, qui regroupes des parents organisés à la Fcpe et inorganisés, ont repris le flambeau de la lutte.
Leur initiative a permis de re-mobiliser, nombre de parents lassés, tant par les atermoiements des gouvernements et de leurs ministres successifs, que par les silences et l’immobilisme de la Fcpe départementale.
Le 20 novembre dernier, à Saint-Denis, plus de 40 écoles ont été totalement fermées – sans la moindre protestation des parents qui avaient compris l’objectif de la grève, et dans une dizaine d’autres établissements de nombreux enseignants ont été en grève. Le matin, plus de 500 parents et enseignants ont défilés dans les rues de la ville, puis l’après-midi, ont rejoints la manifestation de Paris, organisée par des syndicats d’enseignants.

Quelle n’a pas été notre surprise, et notre désappointement, de constater, que d’une part, la Fcpe départementale n’appelait pas à cette manifestation, pourtant départementale. Et d’autres part, qu’à l’occasion de divers interviews, les prises de parole du Président – porte parole de la Fcpe départementale – étaient pour le moins, éloignées, voire en parfaite contradiction, avec les options et le sentiment de la plupart des parents.
Or cette divergence, et l’écart qui se creuse, entre d’une part, l’opinion de nombreux parents, et d’autre, part la ligne suivie par la fédération devient de plus en plus problématique et inquiétant.

Le but que la Fcpe s’assigne, comme le dit l’article 2 de ses statuts, devraient être de « regrouper l’ensemble des parents d’élèves des établissements publics et laïques…».
Très objectivement, ça n’est pas le chemin suivi.

Lorsque Monsieur Arenas, que nous n’avons jamais vu à Saint-Denis, lorsqu’il se déplace dans notre ville, non pas pour rencontrer ses adhérents, que d’ailleurs il n’informe même pas de sa venue, mais parce qu’il s’alarme de la couverture médiatique donnée à l’initiative des Bonnets d’âne, et qu’il estime – à juste titre – qu’elle représente sans doute un vrai danger pour la crédibilité de sa fédération. Et qu’il veut se rendre compte, par lui même, s’il peut envisager de contrôler, voire de d’« instrumentaliser » ou de « récupérer » ce mouvement.
Et que les propos qu’il tient aux parents qu’il rencontre, pas forcément tous adhérent de la Fcpe, laissent supposer une forte désapprobation de ce mouvement de la part de la fédération, qui à priori considérerait cette initiative inutile, voire problématique, et sans la moindre chance d’aboutir. Remplit-il le rôle qui est sien et pour lequel il a été élu ?
Il faut que ce Monsieur sache aussi, qu’après son passage éclair, et sans doute sans lendemain, la relation entre les parents organisés à la Fcpe et et ceux restés inorganisés a dû être totalement reconstruite sur des bases revendicatives claires, communes et partagées.
Lorsque sur une chaîne de télévision, tout de suite après la manifestation du 20, ce même Monsieur déclare que la fédération départementale n’a pas appelé les parents à venir manifester parce qu’il s’agit d’une manifestation organisée par les enseignants. Doit-on comprendre que les intérêts des parents seraient contraires, voire opposés à ceux des enseignants ?
Lorsque la fédération départementale explique aux parents qu’elle « négocie en direct avec le ministre ». Se pose-t-elle la question de savoir comment ce type d’argument est entendu et compris par les parents ?
Si cette position constitue la ligne de la fédération, en effet, la mobilisation des parents devient inutile et on peut les abandonner à penser que leurs intérêt sont divergents, voire opposables à ceux des enseignants. Et conclure que le ministère fait au mieux de ses possibilités et que rien ne saurait changer sous le soleil.

Outre que cette ligne mène tout droit à l’échec, elle n’est ni comprise ni admise par un grand nombre de parents et d’adhérents. Ceux-ci constatent qu’au contraire, d’année en année, que les rentrées scolaires sont de plus en plus catastrophiques. Et la responsabilité des gouvernements, celui-ci et ceux qui l’ont précédé, leur apparaît pleine et entière.
Menées nom de la mondialisation, les politiques d’austérité qui se sont succédées depuis plus d’une décennie ont aboutit, tout particulièrement dans le département de la Seine-Saint-Denis, à une situation de rupture. Rupture des parents avec un système scolaire qui ne promet plus à leurs enfants un avenir meilleur. Rupture des élèves qui ressentent avec violence les feintes d’un État qui les néglige, les méprise et les condamne même à subir, si possible passivement, au présent et pour l’avenir, les effets d’une crise qui n’en finit pas. (voir les mouvement lycéens de la semaine passée).

Notre département accueille aujourd’hui des populations de plus en plus précarisées et marginalisées. Les écoles et l’ensemble du système scolaire ne parviennent plus à remplir leur objectif d’égalité des chances pour tous. La croissance démographique à laquelle doivent faire face les collectivités territoriales du département ne peut être absorbée qu’avec la contribution de l’État. Lequel doit assumer ses responsabilités, et cesser des transferts de charges devenus insupportables pour les populations. Comme celui qui se met en place au travers de l’allègement des horaires de classe rebaptisé abusivement « réforme des rythmes scolaires ».

Qui parmi nous croît encore que l’éducation constitue réellement un priorité pour le gouvernement actuel. La kyrielle des promesses non tenues, les déclarations sans suites, le réhabillage de mesures maintes fois annoncées, à grand fracas de médias, ne parviennent plus à convaincre quiconque.

Et la Fcpe ne fera pas plus croire aux parents qu’elle est en capacité de modifier la donne, par un jeu de négociations opaques en direct avec la ministre.
Et cela sans l’intervention des parents d’élèves et celle des citoyens.

La mobilisation des parents, eux mêmes citoyens, et les raisons pour lesquelles ils entrent dans l’action, doit de notre point de vue, constituer la règle d’or de notre mouvement.
C’est la raison pour laquelle il nous apparaît indispensable et urgent que la fédération départementale convoque une assemblée générale de ses conseils locaux – en n’oubliant personne, comme elle l’a fait pour la convocation du congrès d’aujourd’hui.
Car ces dysfonctionnements de notre fédération – notre parce qu’elle appartient à tous ses adhérents et n’est la chasse gardée de personne – et ses manquements à la démocratie la plus élémentaires ont été nombreux par le passé, obligeant parfois – et on peut le regretter – que des parents fassent appel à la justice, pour que le droit soit respecté.
Le fonctionnement bureaucratique derrière lequel elle tente de masquer ses insuffisances et ses manquements doit faire place à un fonctionnement véritablement démocratique qui s’appuie sur la volonté de ses adhérents.
Seul un débat sur le fond et des décisions prises démocratiquement peuvent permettre, dans le respect de ses statuts, que cette fédération prenne en compte les évolutions de notre temps.

Ce qui n’est actuellement pas le cas.

La mobilisation doit se poursuivre

Le Parisien REP 214Le Parisien REP Dora 215

Bonjour,

Suite aux annonces des classements des zones prioritaires REP, REP+, il nous faut rester vigilants sur la réalité des moyens mis à disposition dans ces collèges. Mais des inquiétudes sont à lire dans les avis des syndicats et dans des notes gouvernementales sur l’attribution de ces classements pour les écoles primaires. En effet, contrairement à ce qu’on croyait avoir entendu dans les différentes réunions ce classement pour les écoles primaires ne sera pas automatique (annonce le 5 décembre).

Le rattachement des écoles au label des collèges n’est pas du tout automatique. Et donc, les écoles d’un secteur de collège n’hériteront pas automatiquement du label de leur collège. Hier soir, à la réunion intersyndicale (fcpe, snuipp, cgt educ, sud, bonnets d’âne…) Cathy Da Silva nous a appris que la liste du classement des écoles serait communiquée aux organisations le 5 décembre ? Quant aux critères, (si j’ai bien compris), ils seraient au nombre de 4, je ne me souviens que du premier ? Celui du revenu moyen de la population du secteur (je crois avoir lu ailleurs qu’il était de l’ordre de 18 000 €), un autre serait le nombre de bourses ?

Le collectif des parents d’élèves de la Seine-Saint-Denis soutient la démarche des Bonnets d’Âne de Saint-Denis

Depuis une quinzaine de jours, des parents et des enseignant-e-s dyonisien-ne-s regroupé-e-s dans le collectif des Bonnets d’Âne occupent un terrain à proximité d’un groupe scolaire très important entre la gare et le centre de Saint-Denis.

Cette initiative originale d’occupation temporaire permet de « fixer un lieu » symbolique d’action sur ces sujets, par essence, diffus dans des centaines d’établissements sur le département. Avec de nombreuses animations renouvelées quasiment chaque jour, cette forme d’interpellation s’appuie sur un constat que nous partageons, pour l’essentiel. Leur colère est saine. Leur ton, souvent décalé, mêlant inventivité, créativité et humour est juste.

Nous nous sommes rencontrés, à plusieurs reprises, pour appuyer leur plainte auprès du Défenseur des Droits. Dans le même esprit, nous allons saisir la Cour européenne de Justice pour non respect de la Convention internationale des Droits de l’enfant (ratifiée par la France).

Nous appelons :

– Les parents d’élèves de Seine-Saint-Denis à maintenir la mobilisation autour de l’égalité territoriale (remplacements, médecine scolaire, RASED, scolarisation des moins de 3 ans…). Nous serons présents, aux côtés des Bonnets d’Âne, notamment le 19/11 à 14h avec Grand corps malade et toute la journée du 20/11, avec le dépôt au Défenseur des Droits

– Les élu-e-s à organiser dans leur(s) instance(s) des séances publiques de débats consacrés au parcours éducatifs sur leurs prérogatives, celles des autres collectivités et sur celles de l’Education nationale et à faire voter des vœux redemandant l’égalité de traitement pour nos territoires

– Au Directeur départemental de l’Education nationale et à ses services de se mobiliser de façon réelle, volontaire et continue pour assurer aux enfants de Seine-Saint-Denis une réelle égalité de traitement scolaire avec les autres enfants de France, et non d’attendre que cela se passe en espérant une éventuelle mutation

– A la Ministre de l’Education nationale de recevoir les Bonnets d’Âne, le Collectif des parents d’élèves citoyens du 93, la FCPE 93, les syndicats enseignants et les associations d’élu-e-s afin de mettre en place « l’égalité territoriale » et de suivre régulièrement, en toute transparence, les mesures mises en place suite à son communiqué récent sur le 93. Aucune négociation ne doit se faire de manière secrète et opaque ! Mobiliser les parents est l’une des priorités fixée dans les nouveaux dispositifs de la politique de la Ville. Vivement que ce soit effectif !

Enfin, nous donnons rendez-vous à tous les membres de la communauté éducative pour une semaine d’action fin janvier, avec des occupations de locaux, des « nuits des écoles » et des formes originales d’interpellation.

Journée d’action parents enseignants le 20 novembre

Pour que l’école ait les moyens de ses missions à Saint-Denis et dans le 93

Journée d’action parents enseignants le 20 novembre

Manifestation – Départ à 10h45 du «Ministère des bonnets d’âne»* derrière l’Église neuve
Mobilisons-nous ensemble, de Saint-Denis à Paris

Rentrée 2014 catastrophique à Saint-Denis : classes sans prof, profs recrutés sans formation, absence de remplaçants, réduction de l’aide aux élèves en difficulté, médecine scolaire sinistrée etc. et quelques fois mauvaises conditions d’accueil des élèves en cente de loisirs. Et l’État continue de dépenser presque le double pour un élève de Paris que pour un élève de la Seine-Saint-Denis…

Pour lire la suite : c’est par ici.

Prochaine réunion du collectif des parents d’élèves 93 le mercredi 12 février 2014 de 20h à 22h

La prochaine réunion du collectif des parents d’élèves 93 se tiendra dans la salle du bureau municipal de l’Hôtel de Ville de Saint-Denis le mercredi 12 février 2014 de 20h à 22h :

Hôtel de ville de Saint-Denis
place Victor Hugo
93200 Saint-Denis

Accès transports
Métro 13 : arrêt Basilique de Saint-Denis
Tramway T1 : arrêt Saint-Denis Basilique métro
Tramway T5 : arrêt marché de Saint-Denis
Bus 153, 253 : arrêt Basilique de Saint-Denis
Bus 239 : arrêt Médiathèque

Nous tenons à remercier Madame Soriano Sophie, du secrétariat du Maire de Saint-Denis, pour sa réactivité et pour avoir permis que nous puissions disposer de la salle du bureau municipal.

Prochaine réunion du collectif des parents d’élèves 93 le mercredi 12 février 2014 de 20h à 22h

La prochaine réunion du collectif des parents d’élèves 93 se tiendra dans la salle du bureau municipal de l’Hôtel de Ville de Saint-Denis le mercredi 12 février 2014 de 20h à 22h :

Hôtel de ville de Saint-Denis
place Victor Hugo
93200 Saint-Denis

Accès transports
Métro 13 : arrêt Basilique de Saint-Denis
Tramway T1 : arrêt Saint-Denis Basilique
Tramway T5 : arrêt marché de Saint-Denis
Bus 153, 253 : arrêt Basilique de Saint-Denis
Bus 239 : arrêt Médiathèque

Nous tenons à remercier Madame Soriano Sophie, du secrétariat du Maire de Saint-Denis, pour sa réactivité et pour avoir permis que nous puissions disposer de la salle du bureau municipal.